07/11/2015

10/10: IRONMAN WORLD CHAMPIONSHIP KONA - PART 2

Raceday !

Pas trop de stress cette année, vu les conditions avant-course, je ne me mets pas trop la pression, tout comme il y a deux ans où j'avais eu une belle migraine la veille de la course.

J'arrive sur place dans les derniers pour ne pas devoir faire la file au body marking, et parce qu'il n'y a pas grand chose à faire sur le vélo à part gonfler les pneus et coller les barres. Cette année, les pros partent bien avant nous (6h30), les femmes 5' après et il y aura encore une vague pour les groupes d'âges féminins après nous. Le gros de la troupe reste pourtant les groupes d'âge hommes, et cette année comme chaque année ce sera à nouveau la bagarre dans l'eau. Je vais me placer un peu à l'avance, tout à gauche comme il y a 2 ans, sauf que cette année on nous restreint dans un couloir bien plus étroit (alors qu'il y a 2 ans on pouvait se mettre complètement à gauche, très loin sans problème). Je ne vois pas trop quel est le but... Je ne parviens pas à rester un peu à l'écart et dès le départ, ça commence à frotter de partout. Tout ce que je déteste. J'écarte les coudes, je "donne" un peu plus que d'habitude et petit à petit les places se figent. Je suis dans un petit groupe qui nage pas mal, j'ai de bons pieds devant moi, la mer est bonne: nickel Cool. A partir du demi-tour les choses se compliquent: je reçois quelques coups et mes lunettes commencent à prendre l'eau. Il y a plus de courant au retour et je perds les pieds des nageurs devant moi. J'ai du mal à garder un bonne trajectoire et je descend petit à petit dans les groupes: chaque fois que je perds des pieds, un autre nageur passe, j'essaye de rester derrière lui, mais je perds à nouveau ses pieds ... Bref, le retour est TRES long. Je sors finalement de l'eau en 1h10 En pleurs

kona swim.jpg

A vélo, je sens directement que les jambes ne sont pas top. Les cuisses me font un peu mal alors que je n'ai pas encore fait 2km. J'essaye de bien pousser pour remonter rapidement du monde avant la Queen K, mais à la différence d'il y a 2 ans, je ne vais pas aussi vite, en tous cas je ne suis pas aussi "facile". J'ai peut-être laissé un peu plus de force que prévu dans l'eau, et il y a a aussi déjà un peu plus de vent qu'en 2013. Arrivé sur l'autoroute, je mets le pilote automatique sur 150 puls et c'est parti. Il y a comme d'habitude des groupes et il faut parfois arrêter de pédaler, ou au contraire faire l'effort, mais j'essaye de rester dans cette zone au maximum. Il y a toujours un peu de vent, les deux premières heures vont tout de même vite, 39km/h. Alors qu'on s'approche de la montée d'Hawii, la pluie fait son apparition. Une pluie légère qui fait du bien. J'en profite pour dérailler en passant le petit plateau Pied de nez et je dois descendre du vélo pour remettre la chaîne... Aprés Hawii, il faut mettre du braquet pour ne pas trop prendre le vent, mais la route mouillée invite à la prudence. Je me fais reprendre sur cette portion pour gros rouleurs, puis nous quittons la pluie et c'est ensuite un soleil de plomb qui nous attend pour le retour, combiné à un vent de face assez fort pour les 50 "derniers" km. J'ai eu un peu de mal à m'alimenter en solide, et les tensions musculaires qui sont apparues chez l'osthéo (dos) réapparaissent. Je commence aussi à avoir des crampes aux adducteurs, comme à Majorque l'an dernier, je passe donc les gros développements en danseuse, même si je suis sur le plat et que la position aéro devrait être de mise... A partir de là, les puls baissent donc forcément. Je sais déja que le chrono ne sera pas bon. J'essaye de rattraper le coût en continuant à m'alimenter, ce qui est plus facile à cette intensité, et lorsque je me sens mieux, je recommence à pousser. Mais le vent ne veut pas que j'arrive à Kona aussi facilement Rigolant. La lutte continue, les crampes vont et viennent, je passe les points de repères les uns après les autres: Scenic point, Aéroport, piscine, et nous voici rentrés au parc, après 5h13 (re-En pleurs).

kona bike.jpg

Je ne me démonte pas. Ces chronos sont nettement moins bons qu'en 2013 mais les conditions sont loin d'être aussi faciles, et je ne suis peut-être pas à 100% comme j'aurais pu l'être. Je me répète que c'est bien d'être là, et il est toujours possible de passer sous les 10h. A pied, les sensations sont moyennes dès le début mais je décide de me faire un peu mal tout de même pour trouver un rythme sur Alii Drive. Je cours au-dessus de 13 km/h et je marche au ravitos pour bien m'hydrater et m'asperger (et mettre de la glace dans la trifonction). Il n'y a pas un seul nuage, je sais que sur la Queen K ça va être le four ! Dans la montée de Palani, je crois déjà les premiers qui en terminent. Par contre, beaucoup de gars marchent autour de moi alors que je parviens à trottiner. Sur la Queen K, comme attendu, ça chauffe. Je n'ai pas trop de passage à vide, sauf dans le faux-plat avant Energy Lab, mais bizarrement j'ai "envie" d'y être car cela commence par une légère descente. Je ne perds donc pas trop de temps, et surtout je dépasse de plus en plus de monde: ça marche, ça cours à du 9 km/h.

kona run.jpg

Le vent à vélo a piégé pas mal de monde, et ça se paye maintenant. Je continue mon bonhomme de chemin. Pour sortir d'Energy lab, je commence à regarder les gars autour de moi. Il y en a à présent quelques uns qui me dépassent, j'essaye de m'accrocher. Je continue malgré tout à marcher à chaque ravito, il reste 10km dans un four pour terminer. Les faux-plats font mal mais je parviens à garder un semblant de rythme. Puis vient enfin Palani Road, la délivrance. Michèle, Maëlle et Julian sont là, Julian court avec moi une partie de la descente, puis je m'accroche aux coureurs devant moi pour ne rien lâcher jusqu'à la ligne. sur Alii Drive, je profite un peu, mais je garde le rythme car derrière et devant il y a pas mal de coureurs. Ce n'est pas encore cette année que je vais avoir ma photo finish tout seul Pied de nez. Deux-trois coups d'oeil derrière moi: un gars essaye de revenir. Fais ch... j'aurais aimé finir pénard, au lieu de ça me voilà en train de m'arracher pour sauver ma modeste place. 9h58'50", pari réussis, je suis à nouveau sous les 10h! Même si j'espèrais mieux il y a 2 semaines avant ma chute, je suis évidemment satisfait de ce chrono.C'st facile d'exploser ici à Kona, ou de baisser les bras quand ça ne va pas comme on veut, je n'ai pas lâché l'affaire, et j'ai remonté 250 places à pied. C'est une bonne leçon pour l'avenir. Cela me classe 313ème (52 M40), soit 56 places de mieux qu'il y a 2 ans, c'est toujours bon à prendre. Cela n'était pas la course parfaite, il faudra revenir pour cela... Clin d'œil

Je tenais encore à remercier toutes les personnes qui m'ont amené ici, supporté, soigné ou qui m'aident d'une façon ou d'une autre à pouvoir vivre ce genre d'expérience: sponsors, amis, famille, et surtout mon épouse et mes enfants, c'était tout simplement génial de pouvoir partager ces moments avec eux. 

video kona 2.jpg

11:37 Écrit par M3 TEAM dans 0. Road2Kona, 5. Multisports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.