25/07/2015

5/7 Ironman European Championship Francfort

IRONMAN-Frankfurt-logo-300x100.jpgDimanche 5 juillet se déroulait l'Ironman de Francfort qui faisait office de Championnat d'Europe Ironman. Dans des conditions climatiques difficiles (39°C),Yannick décroche un TOP 100 et se qualifie pour les championnats du monde Ironman à Kona, Hawaii. Voici son résumé:

 

 

 

Avant-course:

Comme d'habitude, le premier Ironman de la saison amène avec lui son lot de stress. C'est LA course qu'on a préparé pendant plusieurs mois, et à laquelle on s'est inscrit depuis plus d'un an, et bien entendu on espère le meilleur. Deux semaines avant la course, je partageais les prévisions météo avec mes coéquipiers (Greg, Benoit, Lionel et Jean-François qui prennent part à cette course également): 23-25°C toute la semaine, moins de 20°C la nuit, pas de nuages à l'horizon: toutes les conditions idéales pour une course de cette durée et l'assurance d'une natation sans combi, l'eau du lac étant à ce moment à 18°C. C'était sans compter sur une vague de chaleur inattendue qui allait rendre les conditions du jour, disons ... presque hawaiiennes Rigolant: eau à 26°C, température au moment du départ: 26°C, et jusqu'à 39°C sur la fin du vélo et le marathon ! Nat sans combi, et sans aucun doute une course encore plus usante et longue que d'habitude! Autre inconvénient: les hôtels sans clim à Francfort et l'impossibilité de fermer l'oeil l'avant-veille de la course, et le lac véritablement assailli par les locaux la veille de la course, jour du dépôt des vélos au parc et son lot de désagréments (bouchons!).

On se retrouve tous pour un petit plongeon et une reco de la première boucle natation dans l'après-midi du samedi, ça permet de décompresser un peu et de rafraîchir les organismes. Resto italien en terrasse le soir, on est (presque) déjà en vacances Clin d'œil.

 

Course:

Réveil à 4h30,arrivée au parc vers 5h. Gatosport, placements des gels, bidons, tout est réglé comme du papier à musique. Pas de stress, mis à part pour gonfler le boyau de la Zipp lenticulaire (il faudra un jour que j'achète un adaptateur...), car rares sont ceux qui ont la bonne pompe, le bon embout et sont assez sympa pour la prêter 2' Incertain.

Je pars dans la première vague amateur (~500), 10' après les pros et 10' avant les autres amateurs (~2500). Cette année le départ se fait de la plage et nous tournons dans l'autre sens. A la limite ce n'est pas plus mal. L'ambiance est TOP, les drônes tournent autour de nous (voir vidéo), la musique monte, il y a plein de spectateurs, c'est toujours un plaisir ce genre de départ, et je ne suis même pas stressé.

 

 

J'essaye de prendre un bon départ (mais à l'extérieur) pour une fois prendre des pieds, ça ne se passe pas trop mal. La première boucle fait 1500m environ. Ensuite nous partons pour 2300m. Ca va me paraître bien long, d'autant plus que sur les premiers bonnets bleus, de la vague précédente, commencent à nous rattraper dans les derniers 800m. Je sens que ma nage se désunit un peu, 3800m sans combi c'est encore beaucoup pour moi (même si sur mes 6 Ironman à ce jour, j'en aurai fait 4 sans combi...). Je sors sans chrono, j'aurai mon temps natation quand je monterai sur mon vélo. 1h08 lorsque je regarde ma montre à T1, donc environ 1h05 pour nager, c'est moyen mais en ligne avec mes attentes.

A vélo je pars sur un bon tempo et je vois les puls qui sont vraiment basses. Je vais essayer de rester en contrôle encore plus que d'habitude car avec la chaleur qui nous attend, ménager la machine sera le mot d'ordre du jour. Je prends un lap toutes les 1h10-1h15 environ, pour garder un oeil sur la moyenne et celle-ci affiche 37,5km/h sur les 3 premières heures de course. Les puls restent basses, excellent. Mais peu à peu, la chaleur s'abat sur nous. On sent le vent chaud qui ne rafraichit plus. J'essaye de bien boire, mais sur la deuxième moitié de la boucle, les ravitaillements sont trop espacés. Entre les 125-145 km je dois me rationner et entre le 145 et le 170, je serai presqu'à sec après avoir pris un bidon à moitié rempli. Le solide ne passe plus, il fait trop chaud et je n'ai plus d'eau pour faire passer, et je dois lever le pied pour éviter de surchauffer. Je laisse partir les coureurs avec lesquelles j'étais en contention et j'essaye de me ménager jusqu'à ce que je puisse boire à nouveau car je sais que si je surchauffe maintenant, je n'arriverai pas à me refroidir par la suite à pied. La moyenne chute mais tant pis. J'envisage (déjà) de laisser tomber mais je me dis que je verrai comment ça se passe à pied. Finalement après Heartbreak Hill, je prends un bidon de Powerbar bien frais et je termine les 8 derniers km en essayant de rattraper le temps perdu. Je pose le vélo en 4h56 aux alentours de la place 110 (mais à ce moment je n'en sais rien).

preuve payement.png

Dès la descente du vélo, les jambes répondent bien, très bien même. Je me dis qu'il y a moyen... Je pars sur un tempo prudent et je commence directement à bien marcher aux ravitos et sous les jets d'eau, douches etc. prévues par l'organisation. Je prends aussi des glaçons de temps en temps. Premier tour bouclé en 48'. Le deuxième commence à être difficile car les boissons sont de plus en plus chaudes aux ravitos. Je n'ai jamais aimé ni le thé ni le café, alors du coca ou du powerbar à 30°C... Criant Je me force un peu mais peu à peu je n'y arriverai plus. Les gels ne me donnent pas envie non plus... je sais qu'il me faut du sucre, donc je prends un morceau de banane ici, je suce un quartier d'orange plus loin... Le cerveau commence à manquer de sucre lui aussi, et alors que je suis rentré dans le top 8 de ma catégorie au semi-marathon (à nouveau je n'en saurai rien pendant la course), je perds le fil et les idées noires commencent à défiler. A plusieurs moment, je commence à marcher après les ravitos pendant le 3ème tour. Trop dur, trop long, trop chaud. Mais heureusement je me remets à courir à chaque fois en me disant que de toute façon je n'abandonnerai pas, alors autant courir pour en finir plus vite, d'autant plus que je suis -raisonnablement- bien musculairement. Le 3ème tour est dur mentalement, mais les encouragements de la famille sur le bord du circuit sont précieux. Il y a aussi les nombreux supporters, et même si j'essaye de rester dans ma bulle, ça fait du bien, et lorsque je commence enfin à voir le bout du tunnel, je retrouve aussi de la motivation. A 7km de l'arrivée, je reprends un rythme correct. Le fait de rattraper un, puis deux coureurs dans le même tour que moi me motive. Les crampes commencent à poindre, normal, je ne bois pratiquement que de l'eau depuis 2h! mais en restant concentré sur une foulée économe, ça passe. A deux km de l'arrivée, je dépasse un Tchèque que j'avais vu plusieurs fois à vélo, puis un peu plus loin encore un autre coureur de mon tour. Il reste 1 km, j'accélère (+ 0,1km/h Rigolant). A 500m de l'arrivée, encore un coureur qui en termine. Je remonte à sa hauteur, c'est Pierre Beaufort, il se retourne, me voit et sprinte sur 50m. Je ne peux pas le suivre mais je garde le tempo et reste à 20m de lui. Je me retourne et 30m derrière moi il y a le Tchèque. Nous terminerons dans cet ordre à une poignée de secondes l'un de l'autre en 9h50.

Je suis cuit, au propre et au figuré. C'est mon marathon le plus lent depuis mon premier IM: 3h45. Je sens que les crampes vont commencer à se déclarer de plus en plus, ça va faire mal ! Rigolant J'attends un peu avant d'aller chercher des infos sur mon classement pour laisser les coureurs des vagues suivantes arriver. Je suis 99ème au scratch et 17ème dans ma catégorie. Le top 10 est à moins de 5' et en 5-6ème places il y les coureurs avec lesquels j'étais à vélo avant ma pénurie de boisson. Zut, encore des regrets en perspective... Je suis content de retrouver ma famille présente et après la douche je vais accueillir les coéquipiers du Batifer Triathlon qui ont eux aussi eu une course difficile mais tous sont arrivés, et dans de bons chronos qui plus est !

 

Après course:

La pression retombe. J'apprends quelques infos supplémentaires au soir, notamment que j'étais un moment 8ème, mais aussi qu'il y a finalement 11 slots dans ma catégorie. Les deux premiers M40 ont déja fait de bons résultats cette année, je pense qu'ils sont déja qualifiés. Cela veut dire qu'il resterait 11 slots pour 15 coureurs, tout reste possible mais les chances sont minces. Je ne me prends pas trop la tête avec ça. Contrairement à ce qui a été dit ou écrit, la qualif n'était pas l'objectif n°1 cette année et si ça tombe, c'est juste du bonus. Après une bonne soirée terminée -à nouveau- en terrasse mais cette fois avec des Mojitos et non des pâtes Clin d'œil, nous allons nous coucher.

Le lendemain, le banquet sera long, comme d'habitude. Michèle et les enfants sont persuadés que l'on perd notre temps à attendre car je n'aurai pas le slot. Je me dis moi aussi que je vais sans doute le manquer d'une place, mais si j'ai la possibilité de l'avoir, ce serait trop con de partir. Au moment de la remise des slots, on nous annonce qu'il y aura finalement 12 slots pour les M40 (nous sommes 470, la plus grosse catégorie). Ouf. Ca me semble juste (d'autant plus que ça m'arrange Innocent), quand on voit notamment qu'en F18 il y a une seule participante, et donc un slot, pris en 14h40... Idem en F65. Comme "prévu", les 2 premiers ne prennent pas le slot. Ensuite c'est le décompte. 1, 2, 3 gars ne sont pas présents: c'est bon, mais j'attends la confirmation de mon nom: "12th qualified athlete M40, from Belgium: Yannick Antoine". YES !!! Je n'hésite pas une seconde, je suis passé tout près, je ne sais pas si j'aurai encore cette occasion dans un futur proche: Je le prends !

 

qualif Kona 2.jpg

Encore une happy end ici à Francfort. Mon premier Ironman en 2010, ma qualif en 2013 et maintenant en 2015, cette course à quelque chose de spécial. Même si je n'y retournerai pas l'an prochain, je ne suis d'ailleurs pas sûr du tout de faire un Ironman en 2016, car j'en ai un autre qui m'attends le 10 octobre prochain à l'autre bout du monde: #Road2Kona2015 !!!

 

13:08 Écrit par M3 TEAM dans 0. Road2Kona, 5. Multisports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.