05/05/2014

03/05: La Bouillonnante (1): Yannick - 25km

La Bouillonnante.jpg

Samedi 3 mai, Yannick et Geoffrey participaient pour la troisième fois de suite à La Bouillonnante, Grand Trail de Bouillon. Cette année, Geoffrey se lançait sur la nouvelle distance proposée, 36km, tandis que Yannick se contentait du 25 km. Ce sont à nouveau deux TOP10 pour la M3 Team et deux podiums V1, puisque Geoffrey prend la 4ème place scratch (1er V1) et Yannick termine 8ème (3ème V1). Voici le premier résumé de la course de Yannick:

Le départ se donne à 9h45, donc une heure après les grandes distances (35-56 km), tout comme l'an dernier, on ne devrait donc pas être bouchonné comme il y a 2 ans. Je suis passé prendre Stéphane Lambert qui s'y attaque pour la première fois. On retrouve pas mal de monde connu au départ, mais comme d'habitude je ne suis pas trop à l'avance, et on va se mettre dans l'entrée du Chateau juste 5' avant le start.

 

Départ de Geoffrey à 1'00" et Yannick à 5'53"

 

Une fois celui-ci donné, je me place dans le groupe de tête composé d'une dizaine de gars. On fait une petit boucle supplémentaire dans Bouillon, inintéressante, mais sans doute ajoutée dans le but d'étirer un peu le peloton (fort de près de 750 coureurs) avant les premières difficultés. Je jette un oeil aux puls: c'est trop haut, même pour la vitesse qui est pourtant "raisonnable". Je lâche un peu le groupe pour rester dans mon rythme. Après 3 km, on attaque la première côte: je passe Ch.Capelle dans la bosse, mais il coupe dans la descente et en bas j'ai perdu le contact avec les premiers, je suis environ 8-9ème je pense. Je vais courir relativement seul à part en arrivant à Corbion où un coureur flamand revient sur moi dans la côte. Je le lâche dans la descente suivante. Je fais mon petit bonhomme de chemin, et l'air de rien je reviens sur un coureur, puis deux, juste avant le technique avant Frahan. Je fais le trou dans les singles et les descentes au milieu des racines ou je m'amuse vraiment bien, et je passe le ravito à Frahan où on m'annonce 7ème. J'attaque le WALL tout en gérant car je sens que mes mollets "tirent" déjà, et je n'ai pas envie de revivre ce que j'ai subi au Trevire Night Trail en janvier. Au dessus, j'ai du mal à relancer, mais dès qu'on attaque les nouvelles sections techniques qui nous amènent aux échelles, je rattrape un coureur, puis un autre dans les échelles. J'entends Nathan Starck qui m'encourage, je pense être 5ème mais un des 2 gars que j'ai dépassé ne me dit rien. En fait on a repris les coureurs du 36km partis 1h avant. Du coup c'est difficile de savoir où on en est... Le coureur du 25 que j'ai dépassé dans le technique me largue dès qu'on revient sur du "roulant". Je discute un peu avec un autre coureur du 36 qui me dis que je suis 7ème. Je sens que je vais finir à la pioche, les mollets commencent à être durs. Avant le dernier ravitaillement, à Botassart, j'ai 50m de retard mais derrière il n'y a personne à vue. J'en profite pour boire au ravito car je n'ai rien pris avec moi, puis j'attaque la descente vers la Semois. A la fin de cette descente, je ne reconnais plus le chemin, mais comme cette année on traverse la Semois à cet endroit plutôt que de la longer, je me dis que le circuit doit être différent. J'arrive tout en bas sur un chemin, et ... plus de flèches. Je regarde de tous les côtés, plus haut dans la descente que je viens de prendre: rien ! M...  J'entends du bruit au loin sur ma gauche, et je me dis qu'il fallait sans doute couper au court dans la descente pour arriver directement à la Semois. Je longe la rivière et arrive à l'endroit où j'aurais dû arriver, 200m plus tôt! J'ai perdu 2 bonnes minutes, une place (mais je ne le saurai que plus tard) et le gars que j'avais à vue s'est envolé. J'entame la traversée, et je vois derrière moi le flamand que j'avais lâché il y a plus de 10 km Incertain. Shit! A la sortie de l'eau, les jambes sont tétanisées, j'ai du mal à relancer (mais je me dis que ça doit être le cas pour tout le monde), et heureusement on retrouve un peu de technique sur le Tombeau du Géant avant de repiquer vers la Semois pour la deuxième traversée, un peu moins profonde. J'arrive à courir un peu dans l'eau, puis il ne reste plus que la montée vers le Belvédère mais avant cela il y aura encore un peu de roulant, et là les crampes commencent à attaquer mes mollets Déçu. Sur les 2 km de plat, je dois m'arrêter 5-6 fois pour m'étirer et ce qui devait arriver arriva: le coureur flamand me rattrape. Heureusement, il s'arrête de courir pour marcher aussi dans une partie montante juste avant le sommet, du coup je reste au contact. Je relance un peu sur la fin, lui aussi, et au profit d'un petite partie de plat, il me distance de 20m avant d'attaquer la dernière descente. Je sais qu'il reste juste la traversée du pont après ça, sinon le reste est en descente ou en montée, il faut donc que je fasse le trou dans la descente: je lâche tout! Les mollets tiennent, j'ai pris 50m. En bas je me donne pour traverser le pont et attaquer les escaliers avec une avance suffisante sur lui.

Bouillon - montée.jpg

Je pousse encore un peu pour les premières marches puis je gère ensuite. On se fait un signe car on sait que les positions ne changeront plus. Je me donne quand même pour le final car je me dis qu'il ne va pas se mettre à marcher... Julian est un peu plus loin dans la montée des marches, avec Cécile et Hugo (Lambert). Je passe finalement la ligne en 8ème position scratch, 3ème V1. Geoffrey vient juste d'arriver, il termine 4ème des 36km mais il a l'air plus frais que moi Rigolant. Encore un top 10 ici sur cette super course que j'adore (et à nouveau sur le podium V1). Rendez-vous en 2015! Un jour je viendrai peut-être ici préparé et affûté, mais pour ça il faudra mieux gérer le stock des oeufs de Pâques Pied de nez...

10:31 Écrit par M3 TEAM dans 4. Trail, course à pied | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.