16/10/2013

Kona 2013: semaine avant-course

Suite de la semaine sur Big Island...

Mardi:

La nuit n'a pas été complète. Je m'attends à devoir encore passer une voire deux nuits difficiles avant de trouver mon rythme ici, avec ces 12h de décalage horaire.

La sortie d'entrainement du jour s'annonce difficile avec ce manque de sommeil. Nous sommes à J-4 et c'est la dernère grosse solicitation. Je pars pour 3-4h de vélo. Je décide d'aller voir du côté d'Hawi, partie la plus difficile du parcours, puisque j'ai déja un peu rouler sur la Queen K hier en direction de Kona. Je démarre avec 3 bidons et je compte 90km, départ vers 8h30. D'emblée, il fait assez chaud dans les petites bosses qui mènent à Kawaihae. Ensuite, les difficultés commencent. Les pourcentages augmentent petit à petit, avec la longueur des bosses, et surtout l'intensité du vent. Les 10 derniers km vers Hawi sont difficiles avec de belles rafales latérales au début, puis le vent de face sur toute la fin. Je prends mes marques et essaye de travailler le relâchement pour samedi. Je m'alimente à Hawi, le village m'a l'air sympa, je reviendrai avec Michèle. Il y a pas mal de triathlètes sur place. Certains se font déposer en bus ou voiture pour ne faire que la descente. Je repars. Le départ est super rapide, 60 km/h mais peu à peu, les rafales latérales vont rendre la position aéro délicate. J'essaye de rester le plus souple possible et ne pas me "battre" pour tenir la ligne droite, plutôt gérer les déplacements latéraux. Retour à Kawaihae, la bosse pour sortir du village et retrouver la Queen K me parait difficile avec la température qui a bien augmenté. Finalement, je rentre sur Waikola avec un peu moins de 90km au compteur et 2h45 mais mes bidons sont vides: je devrai m'hydrater beaucoup plus que cela car je suis aussi plein de sel ! Il va falloir réapprendre à transpirer d'ici samedi...

k.jpg

L'après-midi, nous allons à Kona où nous retrouvons dans un premier temps Jean-Loup et François pour effectuer quelques prises pour TV Lux. Je croise ensuite Chrissie Wellington, qui accepte bien gentiment de prendre la pose à mes côtés. Je demande rarement aux athlètes une photo, mais ici je n'ai pas pu m'en empêcher (de plus elle ne court plus). Nous nous rendons ensuite au départ de la parade des nations où nous rejoignons Axel en compagnie des autres athlètes et de l'encadrement du Team Uplace qui a, comme en 2012, prévu un t-shirt Bio Racer exclusif pour les 51 belges sélectionnés pour ces championnats du monde. Sympa ! Nous défilons donc sous les applaudissements sur Alii Drive au départ du Pier et jusqu'au Village Expo où les marques présentes viennent d'ouvrir leurs booths.

k.jpg

Nous restons à Kona pour la soirée, pour en petit resto entre Luxembourgeois chez Bubba Gump, le restaurant de poisson inspiré du film Forest Gump. Bon moment!

Mercredi:

Au matin, petite séance de natation (1h) à Dig Me Beach. Arrivès vers 7h30, le Pier est noir de monde et il y a déja plein de monde dans l'eau. Je décide de partir d'une petit plage à l'écart pour rejoindre le bateau Blueseventy, "Coffee boat" où on peut prendre un café et un "cookie" -en fait un gateau Bonk Breaker, un des sponsors nutrition de la course. Je prends seulement le cookie Rigolant. Pas mauvais, à réessayer en course. La séance se passe bien, je prends mes marques. L'eau est super claire, on voit le fond et les rochers et poissons. Par contre, j'ai la bouche en feu après cette séance, tant l'eau est salée.

Je passe ensuite sur le village déposer mon vélo au stand Argon 18. Quelques petits règlages à effectuer afin que le vélo soit 100% prêt et vérifié avant la course. Cette fois pas d'incident mécanique, surtout !

k.jpg

Nous traversons alors lîle en suivant le parcours vélo jusque Hawi pour la pose déjeuner, puis nous poussons juqu'à la vallé de Pololu, avec des paysages somptueux.

Retour sur Waikola, avec passage au Hilton dans lequel un lagon artificiel a été emménagé pour une dizaine de dauphins, qui nagent à 1m de nous. Magique!

Petit footing avec rappel d'intensité dans le Waikola Village avant d'aller admirer le coucher de soleil sur la plage.

k.jpg

Jeudi:

Petite séance de vélo souple de bon matin, puis nouveau passage à Kona sur le village expo pour le stand Rotor cette fois, pour l'upgrade de mon pédalier Power. Retrait du dossard, ensuite direction le sud de l'île pour la baie du Captain Cook (KealaKekua), qui découvrit les îles d'Hawaii en 1778. Petite séance bronzette (acclimatation Clin d'œil) à Keoneele Cove avant de remonter sur Honaunau pour manger dans un snack "hippie" super sympa en passant par la "painted Church".

Au fil de la journée, un mal de tête commence à pointer. Ca cogne de plus en plus. Migraine Déçu ! Aïe, ce n'est pas le moment...

On repasse à la plage du Hilton pour une séance de natation ou on tombe sur Stéphanie et François. On nage donc ensemble. La fin de journée sera écourtée par un belle averse ! Le mal de tête continue de progresser, je passe aux anti-douleurs.

La soirée, nous nous rendons à la pasta party. Pas vraiment mon truc d'habitude, je fais cette fois une exception car c'est l'occasion de "vivre le truc à fond". En pratique, rien de bien intéressant, on est dans un grand show à l'américaine, avec tout le dégoulinant habituel. On passe le repas à 5 (JL, François et nos épouses) puis vient l'heure du briefing. Ici aussi, je fais une exception: je n'y vais jamais, mais à Francfort ils avaient tiré des noms au sort pour le contrôle anti-dopage et les absents étaient d'office disqualifiés !!! Donc pas de prise de risque ici (ce serait vraiment trop con), on est présents. Le briefing n'est pas vraiment intéressant, pas de nouvelles infos, mais au moins ça ne dure pas trop longtemps. Heureusement car je m'endors sur ma chaise. Il est temps de rentrer.

 

Vendredi:

La migraine me réveille à 2h du mat. Moi qui comptait sur cette nuit pour bien me reposer, c'est perdu. Nouveaux anti-douleurs, mais ça ne passe pas. Au matin, je me décide à aller voir le docteur. 3 heures, une consultation à 130$, un voyage aller-retour jusqu'à la pharmacie à 30 km de là et un médoc à 140$ plus tard (ils ont vraiment besoin de revoir leur système de soins de santé!), je peux enfin prendre mon médicament et soulager cette migraine qui m'épuise. Pas les meilleurs conditions la veille de la course, mais je suis tout de même soulagé d'en être débarassé car je n'aurais pas pu prendre le départ si cela avait continué comme cela. 

k.jpg

La dernière séance (20' vélo + 10' à pied pour juste tourner les jambes) n'est pas excellente. Avec cette migraine et la fatigue, les sensations ne sont pas au mieux, mais au moins je transpire rapidement, et sans sel cette fois, c'est très bon signe, je suis enfin acclimaté.

Nous allons déposer le vélo avec François. Grand moment, le parc est exceptionnel, rempli de machines incroyables, et la moindre pièce d'équipement (cadre, roues, selle, casque, chaussures, compression, etc) est répertoriée par une vingtaine de bénévoles présents à l'entrée du parc et qui notent tout afin de prendre les stats du fameux "Kona count" qui donnera les tendance actuelles dans les prochains magazines de triathlon. En pratique, c'est un grand n'importe quoi et certaines marques bradent carrément leurs produits en fin de vie pour gagner leur catégorie (ex: Rudy Project avec son Wingspan et une paire de lunettes pour 65$)

k.jpg

Après cela, nous allons rejoindre les filles à la "plage aux tortues" où j'avais nagé le premier jour. Superbe coucher de soleil et derniers instants au paradis avant l'enfer ...

19:20 Écrit par M3 TEAM dans 0. Road2Kona | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.